RETOUR
L'ÉGLISE
(interieur)


Bienvenue à l'interieur de l'église de Champdieu. Sa construction s'est étalée essentiellement sur les XIème et XIIème siècles et s'est définitivement achevée au début du XVI ème par l'ajout de la chapelle de la vierge.
Dans le pur style roman auvergnat, elle emprunte aussi des influences Lyonnaises et Bourguignonnes.

Pour en savoir plus sur les différentes parties de l'église cliquez sur les photos

LA NEF
CHAPELLE DE LA VIERGE
LE TRANSEPT
LE CHOEUR
LA CRYPTE

La chapelle de la Vierge fut édifiée au début du XVIème sans doute à l'initiative du prieur Pierre de la Bâtie. Seule partie gothique de l'édifice, elle est dans un premier temps dédiée aux Bourbons, ces dernier étant alors Comtes de Forez. Puis à partir de 1534 et le rattachement du Forez au royaume de France, elle passe sous le vocable de la Vierge.
Très remaniée au cours des siècles suivants, notamment dans son décor et son mobiler, elle abriterait la tombe de son fondateur Pierre de la Bâtie.
LA CHAPELLE DE LA VIERGE
Retour haut de la page
LA NEF

Le transept est la partie qui donne la forme de la croix au plan de l'église. A la croisée on trouve une coupole sur trompe symbolisant le Ciel.
Mais le plus interessant sont les trois arcs situés dans les bras du transept qui n'ont qu'une simple fonction décorative et symbolique. L'arc triangulaire ou en mitre est caractéristique de l'art roman auvergnat puisqu'on le retrouve à Notre Dame du Port, à Issoire ou encore à St Nectaire.
Il ancre définitivement l'église de Champdieu dans cette tradition architecturale auvergnate.
Retour haut de la page
LE TRANSEPT

L'essentiel du décor de l'église se concentre sur les chapiteaux. Tous sont sculptés. La majorité reprent des motifs végétaux : feuilles d'acanthes, de chêne, fougère ou encore pommes de pin.
On retrouve également des chapiteaux figurés représentant des animaux ou des personnages fantastiques issus de la mythologie antique. Ainsi, on retrouve deux représentations de sirène en plus de celle du portail, mais aussi des atlantes et autres figures mystérieuses.
Aucun chapiteau n'est historié car l'église était avant tout destinée aux moines, hommes lettrés qui connaissaient l'Ancien et le Nouveau Testament. Les chapiteaux n'ont pas ici la vocation d'éduquer les fidèles mais font appel à des schémas plus abstraits, plus symboliques.

Sur les chapiteaux de l'arc en mitre sont sculptés deux animaux issus de la mythologie gréco-latine : les griffons. Ces animaux à têtes d'oiseaux et à corps de lions sont représentés tête contre tête, en train de boire dans le même calice, symbolisant ainsi la célébration de l'Eucharistie.
retour haut de la page
LE CHOEUR


Contrairement au reste de l'édifice, le choeur n'a pas subi l'influence romane auvergnate. plus ancien, construit au XIème siècle, il emprunte une architecture plus connue dans le Lyonnais et notamment à l'abbaye d'Ainay qui possède un choeur de même facture : une abside centrale et deux absidioles reliées par un corridor.

De part et d'autre de l'abside centrale, deux cuves anciennes sont disposées. la première est un bénitier où est représenté un orant en prière. La seconde présente sur une face un passage de la Génèse et sur l'autre St Michel terrassant le serpent.
retour haut de la page
LA CRYPTE

La crypte de Champdieu est sûrement l'une des plus belles et des mieux conservées du Forez. Elle reprend exactement le même plan que le choeur pour permettre le long du corridor, le passage des pélerins. On retrouve ce même système dans les établissements clunisiens.
le caveau de la crypte a abrité les reliques de St Domnin, saint protecteur des enfants. Elles arrivent à Champdeiu en 1143, ce fut peut-être l'occasion d'entamer la seconde phase de construction.

Les chapiteaux de la crypte sont très caractéristiques de l'Art Roman du XIème siècle. Ils reprennent tous des motifs végétaux et notamment la feuilles d'acanthe. On remarque l'utilisation de l'entrelacs sur les chapiteaux qui entoure la baie centrale, et des petites têtes d'animaux sur les chapiteaux les plus à l'exterieur, seul représentation figurée de la crypte.
retour haut de la page
Retour

Edifiée au XIIème siècle elle reprend l'architecture romane classique: une nef centrale, deux collatéraux, huit piliers qui soutiennent une voûte en berceau.
L a particularité de cette voûte en berceau c'est l'absence d'arcs doubleaux, donnant ainsi une voûte d'un seul tenant sur l'ensemble de la longeur de l'église. Cette prouesse architecturale n'en est pas moins mystérieuse.Pourquoi ce compliquer ainsi la tâche ? Cette technique était souvent employée lorsqu'on voulait peindre la voûte, mais aucune trace de peinture ou de fresque ancienne n'a été découverte à ce jour.